Qu’est ce qu’un CMS ?

Qu’est ce qu’un CMS ?

Vous avez certainement déjà entendu parler de CMS, mais savez-vous réellement ce que c’est ? Aujourd’hui, le Blog du webdesign reviens sur ce qui fait la définition des CMS.

Un CMS, qu’est-ce que c’est ?

L’acronyme CMS signifie Content Management System, pour système de gestion de contenu. C’est un type d’application web permettant de séparer le contenu de la mise en forme pour des sites web, et fournissant des moyens simplifiés d’éditer ce contenu. De cette manière, il est possible de maintenir et faire vivre un site web sans la moindre connaissance technique dans les métiers du Web.

Il est bien important de comprendre cette séparation entre fond et forme. Un CMS n’orientera jamais le design de votre site, et l’argument “J’aimerais un site sous WordPress car les sites sous WordPress sont jolis” n’est pas du tout un bon argument.

L’exemple auquel on pense généralement en parlant de CMS est WordPress, qui entre dans la catégorie que j’appèlerais “CMS complet“, et qui est le genre de chose que tout le monde a à l’esprit en parlant de CMS.

WordPress et les CMS complet

Cette catégorie de CMS est la plus puissante, et malheureusement aussi la plus complexe et la plus lourde. Il est possible de faire virtuellement tout avec ce genre de CMS, à condition d’y investire le temps et l’argent suffisant. Il sera parfaitement possible de créer une partie “Article” pour un simple blog, tout comme il sera possible de créer une partie “Produits” pour un e-commerce.

Il possède toujours une base de données, ainsi qu’une administration très personnalisable (bien que cette tâche requière généralement des connaissances assez poussées). Néanmoins, il ne faut pas généraliser ce fait à tous les CMS, loin de là.

Quelques mises au point générales

Un CMS n’est pas forcément souple.

On ne fait pas ce que l’on veut avec tous les CMS ! De nombreux CMS se sont spécialisés dans une seule tâche, qu’ils accomplissent en général mieux que les CMS complets.  Prenons l’exemple des e-commerces. Bien qu’il soit possible de créer une partie shop et un panier sur WordPress, il sera généralement bien plus interessant de passer par une solution faite pour, comme Spree ou Prestashop, car l’administration est pensée autour de la vente en ligne.

L’inconvénient est évident : il n’est pas possible de tout faire, et les évolutions futures doivent donc être planifiées pour le choix du CMS.

Spree, un CMS E-commerce
La home de Spree - e-commerce

Un CMS n’a pas forcément de base de données

De nombreux CMS ont en effet décidé de se passer complètement des bases de données, pour revenir à un système de stockage plus rustique : les fichiers textes. Ce type de choix permet de simplifier à l’extrême l’installation et la sauvegarde du site et de son contenu.Les contrecoups de ce choix se sentent au niveau de la souplesse et surtout des interactions avec les visiteurs.

En effet, la lecture (et surtout l’écriture) dans un fichier est une tâche qui requière beaucoup plus de temps qu’un simple échange avec une base de données, ce qui explique pourquoi ce genre de CMS ne propose généralement pas de recherche ou de possibilités de commentaires.

Un CMS sans base de données

Un CMS n’a pas forcément d’administration

Ceci est une évolution à l’extrême des CMS sans bases de données : les CMS sans partie administration. En effet, s’il n’y a pas de base de données, les configurations et tout le reste du contenu existent sous la forme de fichiers texte, et sont donc éditable depuis un simple éditeur. Il suffit ensuite de mettre en ligne ce contenu grâce à un FTP ou un système de versionalisation comme Git. Ce genre de méthode est bien plus rapide à mettre en place et très bien sécurisé (on ne peut pas accéder à une administration qui n’existe pas).

Cette technique demande tout de même des logiciels spécifiques (FTP, git, …) ainsi qu’un aspect un peu “rugueux” qui peut néanmoins faire peur au néophyte, tout en ayant l’inconvénient de faire utiliser ses accès FTP a chaque modification, et donc d’avoir une chance de les laisser traîner n’importe ou.

Un CMS sans administration

L’exemple le plus simple de CMS (à mon gout, ce ne sera peut-être pas un CMS pour certains) est un simple fichier CONFIG.php à la racine du site pour définir des variables comme le nom du site, le titre et la description des pages, les liens Facebook et twitter, …

Un CMS est-il obligatoire pour mon site web ?

Dans l’absolu, un CMS ne sert que pour les sites web ayant pour vocation à être mis à jour assez régulièrement. Un site vitrine standard, que l’on fait/achète une fois puis laissé en l’état pendant 2 ans (avant d’en changer) ne donne pas l’impression d’avoir besoin d’un CMS. Pourtant, même sans parler d’ajouter des informations, que faire en cas de changement de numéro de téléphone ou d’adresse, et que le prestataire a disparu ?

Pour ce genre de petites modifications, l’idéal est un CMS sans base de données, voir sans administration. Un simple fichier nommé CONFIG à la racine du site peut très bien contenir les différentes adresses et numéros de téléphone de l’entreprise, et ne demandera pas d’autres connaissances que l’utilisation d’un FTP pour être mis à jour.

Pour aller plus loin

Le choix du CMS est un des points les plus importants de toute création de site web, car il influencera énormément le temps pris pour la création du site (et donc le prix de la prestation si vous ne le faites pas vous-même), mais aussi les possibilités d’évolution future.

Article tiré de : http://www.blogduwebdesign.com/

About the Author